Points et lignes – Troncs noirs, bancs rouges

… Suivant la rivière qui traverse le parc du château d’Ecouen, mes pas se comptent d’un arbre à l’autre, d’une ligne verticale reflétée dans l’eau à la suivante.  Sur la rive opposée, trois traits rouges horizontaux : trois bancs inaccessibles.

Points et lignes – Troncs noirs, bancs rouges

… Suivant la rivière qui traverse le parc du château d’Ecouen, mes pas se comptent d’un arbre à l’autre, d’une ligne verticale reflétée dans l’eau à la suivante.  Sur la rive opposée, trois traits rouges horizontaux : trois bancs inaccessibles.

Ce qui émerveille – Le rouge oublié des coquelicots

Un champ de coquelicots apparu au détour d’une petite route en Champagne. Dans la voiture, chacun s’exclame  : « Oh des coquelicots ! » Il y avait des années que nous n’en avions plus vu autant, à peine deux ou trois au

Ce qui émerveille – Le rouge oublié des coquelicots

Un champ de coquelicots apparu au détour d’une petite route en Champagne. Dans la voiture, chacun s’exclame  : « Oh des coquelicots ! » Il y avait des années que nous n’en avions plus vu autant, à peine deux ou trois au

Ce qui capte le regard – Vue par une fenêtre factice à Berlin

… Une fenêtre factice posée sur la rambarde d’un pont au-dessus des lignes de chemin de fer à  Berlin. Un simple cadre en bois porte deux rideaux réalisés au crochet dans des laines aux tons orange, bruns et noirs qui

Ce qui capte le regard – Vue par une fenêtre factice à Berlin

… Une fenêtre factice posée sur la rambarde d’un pont au-dessus des lignes de chemin de fer à  Berlin. Un simple cadre en bois porte deux rideaux réalisés au crochet dans des laines aux tons orange, bruns et noirs qui

Ce qui invite à la halte

Deux chaises longues sur la plage d’Ostende. Le vent se lève, la toile se tend. Les transats sont enceints. Deux promeneurs invisibles se posent dans leur absence. Journal d’images – Chantal Deltenre

Ce qui invite à la halte

Deux chaises longues sur la plage d’Ostende. Le vent se lève, la toile se tend. Les transats sont enceints. Deux promeneurs invisibles se posent dans leur absence. Journal d’images – Chantal Deltenre

Ce qui, à première vue, surprend – Pyramides miniatures sous la neige

Briques de plâtre amoncelées, couvertes de fructose et lactose. Dans l’exposition « La fabrique du vivant », à Beaubourg, la composition de Julien Charrière « Somehow, they never stop what they always did » a la beauté d’un rêve : des pyramides sous la

Ce qui, à première vue, surprend – Pyramides miniatures sous la neige

Briques de plâtre amoncelées, couvertes de fructose et lactose. Dans l’exposition « La fabrique du vivant », à Beaubourg, la composition de Julien Charrière « Somehow, they never stop what they always did » a la beauté d’un rêve : des pyramides sous la

Ce qui fait battre le coeur

… La dernière représentation de « Premier amour » de Samuel Beckett au théâtre de l’Atelier, les adieux de Sami Frey à la scène, le vide de la scène à la fin de la pièce et la salle de théâtre soudain déserte. 

Ce qui fait battre le coeur

… La dernière représentation de « Premier amour » de Samuel Beckett au théâtre de l’Atelier, les adieux de Sami Frey à la scène, le vide de la scène à la fin de la pièce et la salle de théâtre soudain déserte. 

Ce qui donne un sentiment de légèreté

Sur le parvis de Notre-Dame,  une jeune femme a posé un seau rempli d’eau savonneuse où elle trempe toutes les deux ou trois minutes un fil relié par deux bâtons. Elle souffle sur le fil et aussitôt des dizaines de

Ce qui donne un sentiment de légèreté

Sur le parvis de Notre-Dame,  une jeune femme a posé un seau rempli d’eau savonneuse où elle trempe toutes les deux ou trois minutes un fil relié par deux bâtons. Elle souffle sur le fil et aussitôt des dizaines de

Ce qui attriste durablement – Ruines d’un village haïtien près de Cayenne

Un champ de ruines non loin de Cayenne. Les autorités ont fait démolir des dizaines de maisons construites ici par des réfugiés haïtiens sous prétexte que les terrains n’étaient pas constructibles. Les ruines laissent à la fois deviner la violence

Ce qui attriste durablement – Ruines d’un village haïtien près de Cayenne

Un champ de ruines non loin de Cayenne. Les autorités ont fait démolir des dizaines de maisons construites ici par des réfugiés haïtiens sous prétexte que les terrains n’étaient pas constructibles. Les ruines laissent à la fois deviner la violence

Ce qui fait rêver – Les anges (1)

« How to make yourself better », une installation des artistes ukrainiens Ilya et Emilia Kabakov composée d’une chambre minuscule équipée d’un lit pour une personne seule, d’une table où sont  posés une lampe, un pot rempli de crayons et pinceaux, un

Ce qui fait rêver – Les anges (1)

« How to make yourself better », une installation des artistes ukrainiens Ilya et Emilia Kabakov composée d’une chambre minuscule équipée d’un lit pour une personne seule, d’une table où sont  posés une lampe, un pot rempli de crayons et pinceaux, un

Ce qui crée une musique

Arpenter les berges de la Vltava à Prague, marcher au rythme de la Moldau de Smetana. C’est le premier air de musique classique que j’entendu. Les fleuves, les rivières et même le ruisseau qui coulait au bout de pré de

Ce qui crée une musique

Arpenter les berges de la Vltava à Prague, marcher au rythme de la Moldau de Smetana. C’est le premier air de musique classique que j’entendu. Les fleuves, les rivières et même le ruisseau qui coulait au bout de pré de

Ce qui invite à s’arrêter – Là où Kafka a peut-être habité

Intérieurs recomposés ds maisonnettes de la Ruelle d’Or au bas du château de Prague. C’est là que vivaient les petites mains du château, puis des habitants désargentés de Prague. Parmi eux Franz Kafka qui habita au numéro 22 de la

Ce qui invite à s’arrêter – Là où Kafka a peut-être habité

Intérieurs recomposés ds maisonnettes de la Ruelle d’Or au bas du château de Prague. C’est là que vivaient les petites mains du château, puis des habitants désargentés de Prague. Parmi eux Franz Kafka qui habita au numéro 22 de la

Ce qui éblouit durablement – Le château de Prague, la nuit

Le château de Prague, la nuit. Je l’ai vu pour la première fois alors que j’attendais ma  fille cadette, puis vingt-cinq ans plus tard, quand je suis revenue à Prague avec elle. Il y avait ces mots de Kafka dans

Ce qui éblouit durablement – Le château de Prague, la nuit

Le château de Prague, la nuit. Je l’ai vu pour la première fois alors que j’attendais ma  fille cadette, puis vingt-cinq ans plus tard, quand je suis revenue à Prague avec elle. Il y avait ces mots de Kafka dans

Ce qui, à première vue, étonne – Silhouettes d’un homme et d’une femme suspendues par-dessus une rue de Prague

…  Curieuse installation dans deux rues de Prague. D’abord la silhouette d’une femme agrippée des deux mains à un parapluie ouvert en équilibre précaire sur un fil tendu par-dessus la rue. Puis la silhouette d’un homme qui s’accroche lui aussi,

Ce qui, à première vue, étonne – Silhouettes d’un homme et d’une femme suspendues par-dessus une rue de Prague

…  Curieuse installation dans deux rues de Prague. D’abord la silhouette d’une femme agrippée des deux mains à un parapluie ouvert en équilibre précaire sur un fil tendu par-dessus la rue. Puis la silhouette d’un homme qui s’accroche lui aussi,

Ce qui éblouit durablement – « Mur dans un paysage désolé » de Léon Spilliaert

Vu  au  Musée des Beaux-Arts de Caen, une aquarelle du peintre ostendais Léon Spilliaert réalisée vers la fin de sa vie, en 1946. Son nom : « Mur dans un paysage désolé » L’ouverture entre deux murs épais, peut-être les murs d’une

Ce qui éblouit durablement – « Mur dans un paysage désolé » de Léon Spilliaert

Vu  au  Musée des Beaux-Arts de Caen, une aquarelle du peintre ostendais Léon Spilliaert réalisée vers la fin de sa vie, en 1946. Son nom : « Mur dans un paysage désolé » L’ouverture entre deux murs épais, peut-être les murs d’une

Ce qui retient l’attention dans un visage, un regard – Le secret des piquets de clôture

… Immobiles, les piquets de clôture autour du pré adressent aux passants des regards étonnés. Ils ont tous des mines de vieux sages. Traces de clous, entailles de barbelés, veines creusées du bois, ils vivent. Quand on marche devant eux,

Ce qui retient l’attention dans un visage, un regard – Le secret des piquets de clôture

… Immobiles, les piquets de clôture autour du pré adressent aux passants des regards étonnés. Ils ont tous des mines de vieux sages. Traces de clous, entailles de barbelés, veines creusées du bois, ils vivent. Quand on marche devant eux,

Points et lignes – Tranchant de la bêche

… La ligne droite et profonde que trace la bêche dans la terre du potager fait partie des premières lignes que je regardais naître dans l’enfance. Mon grand-père m’a très tôt appris à bêcher, non sans réticence : c’était d’après

Points et lignes – Tranchant de la bêche

… La ligne droite et profonde que trace la bêche dans la terre du potager fait partie des premières lignes que je regardais naître dans l’enfance. Mon grand-père m’a très tôt appris à bêcher, non sans réticence : c’était d’après

Humbles choses – Bois coupé

… Le bois pour l’hiver a été livré ce matin, déversé en vrac dans la cour. Toutes les bûches sont  maintenant bien rangées contre le mur du garage. Les deux dernières, coupées net d’un tronçon de chêne, étaient restées miraculeusement

Humbles choses – Bois coupé

… Le bois pour l’hiver a été livré ce matin, déversé en vrac dans la cour. Toutes les bûches sont  maintenant bien rangées contre le mur du garage. Les deux dernières, coupées net d’un tronçon de chêne, étaient restées miraculeusement

Points et lignes – Filets de pêche au Kerala

La beauté graphique des vastes filets de pêche à Cochin me revient ce matin alors qu’un cyclone vient de ravager les backwaters au Kerala. Que reste-t-il de ces filets, de ces canaux et de la fenêtre face à  la mer

Points et lignes – Filets de pêche au Kerala

La beauté graphique des vastes filets de pêche à Cochin me revient ce matin alors qu’un cyclone vient de ravager les backwaters au Kerala. Que reste-t-il de ces filets, de ces canaux et de la fenêtre face à  la mer

Points et lignes-Béton suturé de Kader Attia

A l’entrée de l’exposition « Les racines poussent aussi dans le béton » de l’artiste Kader Attia au Mac Val d’Evry, le sol est marqué de points de suture. La marque d’une blessure, une peau déchirée raccommodée à la hâte. Personne ne

Points et lignes-Béton suturé de Kader Attia

A l’entrée de l’exposition « Les racines poussent aussi dans le béton » de l’artiste Kader Attia au Mac Val d’Evry, le sol est marqué de points de suture. La marque d’une blessure, une peau déchirée raccommodée à la hâte. Personne ne

Ce qui retient dans un regard, un visage – Autoportrait indistinct

La plage brusquement  envahie par une nuée de pêcheurs à pied se reflétait dans le miroir du restaurant.  Au moment de partir, j’ai capté ce reflet dans un miroir avec, à l’avant-plan, le contour de ma silhouette. Etrangement, je semble

Ce qui retient dans un regard, un visage – Autoportrait indistinct

La plage brusquement  envahie par une nuée de pêcheurs à pied se reflétait dans le miroir du restaurant.  Au moment de partir, j’ai capté ce reflet dans un miroir avec, à l’avant-plan, le contour de ma silhouette. Etrangement, je semble