Archives de Catégorie: Promenades

Quitter un paysage

Quitter un paysage que l’on a aimé, est-ce vraiment possible ? Je me posais la question en marchant dans une campagne que je ne verrai plus avant longtemps. Et me disais que non, une fois qu’on l’a aimé, c’est-à-dire plusieurs

Quitter un paysage

Quitter un paysage que l’on a aimé, est-ce vraiment possible ? Je me posais la question en marchant dans une campagne que je ne verrai plus avant longtemps. Et me disais que non, une fois qu’on l’a aimé, c’est-à-dire plusieurs

Marcher

Marcher dans le sens inverse des arbres qui passent, et soudain rêver de s’arrêter là.   ECM, chateau de Chamarande, juillet 2017  

Marcher

Marcher dans le sens inverse des arbres qui passent, et soudain rêver de s’arrêter là.   ECM, chateau de Chamarande, juillet 2017  

Marcher avec David Le Breton, sensible anthropologue

« La marche est une méthode tranquille de ré-enchantement de la durée et de l’espace. Elle est un dessaisissement provisoire par l’atteinte d’un gisement intérieur qui tient seulement dans le frisson de l’instant. Elle implique un état d’esprit, une humilité heureuse

Marcher avec David Le Breton, sensible anthropologue

« La marche est une méthode tranquille de ré-enchantement de la durée et de l’espace. Elle est un dessaisissement provisoire par l’atteinte d’un gisement intérieur qui tient seulement dans le frisson de l’instant. Elle implique un état d’esprit, une humilité heureuse

Vertige à Ecouen

Vertige subit en haut de l’escalier de château d’Ecouen. Les marches tanguent comme les touches d’un piano submergé. Les murs vacillent.  Je descends pas à pas.  Sueur froide. Hitchcock et son fabuleux Vertigo me rejoignent.  Ces mots dans mon carnet

Vertige à Ecouen

Vertige subit en haut de l’escalier de château d’Ecouen. Les marches tanguent comme les touches d’un piano submergé. Les murs vacillent.  Je descends pas à pas.  Sueur froide. Hitchcock et son fabuleux Vertigo me rejoignent.  Ces mots dans mon carnet

Ce soir…

… Ce soir, le sable poudre d’or espère en vain la mer qui s’éloigne. Deux silhouettes glissent vers la falaise, sombre muraille. Et le soleil tombe indéfiniment, dehors et dedans. Eboulis silencieux de la page … Extrait, Journal des Ecrits

Ce soir…

… Ce soir, le sable poudre d’or espère en vain la mer qui s’éloigne. Deux silhouettes glissent vers la falaise, sombre muraille. Et le soleil tombe indéfiniment, dehors et dedans. Eboulis silencieux de la page … Extrait, Journal des Ecrits

Place des Amandiers. Cayenne. Mars 2017

… Cayenne,ville morte. Immobilisée ici depuis cinq jours. Matin et soir, promenade vers la Place des Amandiers. Chacun traîne, le temps s’étire. Les Chinois pratiquent le Tai Chi tandis que les « 500 frères » font leur ronde sur le coup de

Place des Amandiers. Cayenne. Mars 2017

… Cayenne,ville morte. Immobilisée ici depuis cinq jours. Matin et soir, promenade vers la Place des Amandiers. Chacun traîne, le temps s’étire. Les Chinois pratiquent le Tai Chi tandis que les « 500 frères » font leur ronde sur le coup de