Archives de Catégorie: Promenades

Et si l’éternité de Rome …

Et si l’éternité de Rome C’était ses pins parasols Leur grâce de colonnes antiques Et ce petit plus du feuillage animé.   Les pins traversent les âges Dans l’indifférence archéologique Et pourtant, tout ce  qu’ils pourraient nous raconter !  

Et si l’éternité de Rome …

Et si l’éternité de Rome C’était ses pins parasols Leur grâce de colonnes antiques Et ce petit plus du feuillage animé.   Les pins traversent les âges Dans l’indifférence archéologique Et pourtant, tout ce  qu’ils pourraient nous raconter !  

C’est ici…

C’est ici que nous nous sommes rejoints Au bord d’un lac dans la forêt des Ardennes Le matin-même ou certains depuis la veille Nous avions tous convergé vers ce point En avion par Zaventem, en train par la gare du

Vedette / 2 Commentaires

C’est ici…

C’est ici que nous nous sommes rejoints Au bord d’un lac dans la forêt des Ardennes Le matin-même ou certains depuis la veille Nous avions tous convergé vers ce point En avion par Zaventem, en train par la gare du

Vedette / 2 Commentaires

Ligne vague

D’où me vient cette attention permanente aux lignes ? C’est peut-être qu’elles sont le point commun entre les actes et les gestes qui composent la part essentielle de mon existence : marcher, écrire, voyager, observer, mais aussi écouter de la

Ligne vague

D’où me vient cette attention permanente aux lignes ? C’est peut-être qu’elles sont le point commun entre les actes et les gestes qui composent la part essentielle de mon existence : marcher, écrire, voyager, observer, mais aussi écouter de la

Dialogue

Réfléchis ! dit la fleur/ Réfléchir à quoi ? /A rien… Réfléchis la lumière. Ecrit en marchant, Normandie, avril 2018  

Dialogue

Réfléchis ! dit la fleur/ Réfléchir à quoi ? /A rien… Réfléchis la lumière. Ecrit en marchant, Normandie, avril 2018  

Nous étions deux

Nous étions deux à marcher ici. Qu’en reste-t-il dans le paysage ? Ecrits en marchant, Normandie, Avril 2018

Nous étions deux

Nous étions deux à marcher ici. Qu’en reste-t-il dans le paysage ? Ecrits en marchant, Normandie, Avril 2018

Cabane à rêves

Face à une des anciennes écluses du canal de Charleroi, un abri abandonné a gardé quelques traces de vie : une étagère branlante, une patère, des touches de peinture bleue.  Qui venait ici ? Peut-être l’éclusier, pour se mettre à

Cabane à rêves

Face à une des anciennes écluses du canal de Charleroi, un abri abandonné a gardé quelques traces de vie : une étagère branlante, une patère, des touches de peinture bleue.  Qui venait ici ? Peut-être l’éclusier, pour se mettre à