Archives de Catégorie: Les choses

Série En chemin (confiné) – Compter les pensées

… Chaque promenade commence par le Boulevard de Ménilmontant , le long du mur d’enceinte du Père Lachaise. L’après-midi, ce côté-là du boulevard est plus ensoleillé que l’autre et le trottoir est plus large, on peut facilement se croiser en

Série En chemin (confiné) – Compter les pensées

… Chaque promenade commence par le Boulevard de Ménilmontant , le long du mur d’enceinte du Père Lachaise. L’après-midi, ce côté-là du boulevard est plus ensoleillé que l’autre et le trottoir est plus large, on peut facilement se croiser en

Série Fenêtres – Diverses

Frontières ouvertes entre le dedans et le dehors, lieux de passage de l’intérieur vers l’extérieur, les fenêtres forment des tableaux en soi que l’on oublie trop souvent de regarder. Dans les églises, les châteaux ou musées, je m’y arrête chaque

Série Fenêtres – Diverses

Frontières ouvertes entre le dedans et le dehors, lieux de passage de l’intérieur vers l’extérieur, les fenêtres forment des tableaux en soi que l’on oublie trop souvent de regarder. Dans les églises, les châteaux ou musées, je m’y arrête chaque

Série En chemin – Chaises longues

Deux chaises longues sur la plage d’Ostende. Le vent se lève, la toile se tend. Deux promeneurs invisibles se posent dans leur absence. Les transats sont enceints. Journal d’images – Chantal Deltenre

Série En chemin – Chaises longues

Deux chaises longues sur la plage d’Ostende. Le vent se lève, la toile se tend. Deux promeneurs invisibles se posent dans leur absence. Les transats sont enceints. Journal d’images – Chantal Deltenre

Série Images d’images – Noir et blanc

Briques de plâtre amoncelées, couvertes de fructose et lactose. Dans l’exposition « La fabrique du vivant », à Beaubourg, la composition de Julien Charrière « Somehow, they never stop what they always did » avait la beauté d’un rêve : des pyramides sous la neige. Journal

Série Images d’images – Noir et blanc

Briques de plâtre amoncelées, couvertes de fructose et lactose. Dans l’exposition « La fabrique du vivant », à Beaubourg, la composition de Julien Charrière « Somehow, they never stop what they always did » avait la beauté d’un rêve : des pyramides sous la neige. Journal

Série Points et lignes – Tranchant

… J’ai réappris à bêcher. En une heure, sous le regard abasourdi de mes enfants, j’ai retourné la terre d’un bon tiers du potager. Je n’imaginais pas avoir conservé ce savoir-faire appris quand j’étais enfant. Mon grand-père m’avait appris les

Série Points et lignes – Tranchant

… J’ai réappris à bêcher. En une heure, sous le regard abasourdi de mes enfants, j’ai retourné la terre d’un bon tiers du potager. Je n’imaginais pas avoir conservé ce savoir-faire appris quand j’étais enfant. Mon grand-père m’avait appris les

Série Points et lignes-Béton suturé

A l’entrée de l’exposition « Les racines poussent aussi dans le béton » de l’artiste Kader Attia au Mac Val d’Evry, le sol était marqué de points de suture. C’était comme la marque d’une blessure, une peau déchirée raccommodée à la hâte.

Série Points et lignes-Béton suturé

A l’entrée de l’exposition « Les racines poussent aussi dans le béton » de l’artiste Kader Attia au Mac Val d’Evry, le sol était marqué de points de suture. C’était comme la marque d’une blessure, une peau déchirée raccommodée à la hâte.

Série Points et Lignes – Horizon

… Il m’arrive de croire qu’une ligne d’horizon n’est pas là par hasard, qu’elle est voulue, et même volontaire, et qu’en cet instant, elle m’écrit. Photo de la  Mer du Nord en noir et blanc Journal d’images 2018 – Chantal

Série Points et Lignes – Horizon

… Il m’arrive de croire qu’une ligne d’horizon n’est pas là par hasard, qu’elle est voulue, et même volontaire, et qu’en cet instant, elle m’écrit. Photo de la  Mer du Nord en noir et blanc Journal d’images 2018 – Chantal

Série Points et lignes – Ligne-vague

  C’était à Ostende dans les années 1980. Je marchais à la lisière des vagues. Elles effaçaient au fur et à mesure la trace de mes pas que le sable tentait de retenir en vain. J’essayais de suivre la ligne

Série Points et lignes – Ligne-vague

  C’était à Ostende dans les années 1980. Je marchais à la lisière des vagues. Elles effaçaient au fur et à mesure la trace de mes pas que le sable tentait de retenir en vain. J’essayais de suivre la ligne

Série Points et lignes – Poteaux électriques

Quitter un paysage que l’on a aimé, est-ce vraiment possible ? Je ne crois pas. Une fois qu’on l’a aimé, c’est-à-dire plusieurs fois arpenté, un paysage ne vous quitte pas. Même à des kilomètres et des années de distance, il

Série Points et lignes – Poteaux électriques

Quitter un paysage que l’on a aimé, est-ce vraiment possible ? Je ne crois pas. Une fois qu’on l’a aimé, c’est-à-dire plusieurs fois arpenté, un paysage ne vous quitte pas. Même à des kilomètres et des années de distance, il

Série Ciels – Hôtel du feuillage

… J’aurais volontiers passé la nuit sous l’arbre au coin de ma rue, Hôtel du Feuillage, sous le dais bleu et ses motifs dorés de feuilles et de branches. Parfois une feuille tombait. Mais qu’importe ! Si le ciel se

Série Ciels – Hôtel du feuillage

… J’aurais volontiers passé la nuit sous l’arbre au coin de ma rue, Hôtel du Feuillage, sous le dais bleu et ses motifs dorés de feuilles et de branches. Parfois une feuille tombait. Mais qu’importe ! Si le ciel se

Série Cartes postales – Graphiques gargouilles

…. Tandis que nous passions par une étroite ruelle, les gargouilles qui se découpaient noires sur le ciel très bas, semblaient prêtes à nous aboyer dessus, nous courser même. On ne savait trop si c’est l’averse qui menaçait ou une

Série Cartes postales – Graphiques gargouilles

…. Tandis que nous passions par une étroite ruelle, les gargouilles qui se découpaient noires sur le ciel très bas, semblaient prêtes à nous aboyer dessus, nous courser même. On ne savait trop si c’est l’averse qui menaçait ou une

Série En chemin – L’escalier du château

… L’escalier du château d’Ecouen m’attirait vers le bas. Les marches surgissaient, se rétractaient comme les touches d’un piano mécanique. Les murs de la cage s’éloignaient l’un de l’autre et soudain revenaient, prêts à m’écraser. Vertigo, vertigo !  Et dans

Série En chemin – L’escalier du château

… L’escalier du château d’Ecouen m’attirait vers le bas. Les marches surgissaient, se rétractaient comme les touches d’un piano mécanique. Les murs de la cage s’éloignaient l’un de l’autre et soudain revenaient, prêts à m’écraser. Vertigo, vertigo !  Et dans

Série Visages- Le centaure

Dans le jardin du peintre Maurice Denis à Saint-Germain en Laye,  le doux centaure sculpté par l’ami Bourdelle semblait dormir, si tendre, le visage penché sur son épaule… Journal d’images 2017    

Série Visages- Le centaure

Dans le jardin du peintre Maurice Denis à Saint-Germain en Laye,  le doux centaure sculpté par l’ami Bourdelle semblait dormir, si tendre, le visage penché sur son épaule… Journal d’images 2017    

Série Visages – Nkisi

… Ils s’appellent Nkisi, objets magiques du Zaïre. Remplis de substances animales, minérales ou végétales, ils protègent ou attaquent… Redoutables fétiches. Plus redoutables que la folie même. La folie, c’est de l’amour ligoté. Nkisi, Exposition Inextricabilia, Maison Rouge, Paris Journal d’images

Série Visages – Nkisi

… Ils s’appellent Nkisi, objets magiques du Zaïre. Remplis de substances animales, minérales ou végétales, ils protègent ou attaquent… Redoutables fétiches. Plus redoutables que la folie même. La folie, c’est de l’amour ligoté. Nkisi, Exposition Inextricabilia, Maison Rouge, Paris Journal d’images

Série MurMurs-Messages – Curieux mélange

Les murs de la rue Andrea del Sarto présentaient un curieux mélange :  une Annonciation de la Renaissance, des graffiti colorés où il était question d’aimer, de nombreux messages et un vaste coeur peint en rose à côté d’un visage

Série MurMurs-Messages – Curieux mélange

Les murs de la rue Andrea del Sarto présentaient un curieux mélange :  une Annonciation de la Renaissance, des graffiti colorés où il était question d’aimer, de nombreux messages et un vaste coeur peint en rose à côté d’un visage

Série Fenêtres – Vitraux de Nevers

  Le portail de la cathédrale était fermé, l’édifice en travaux. Il fallait chercher la petite porte, le passage secret percé dans le mur latéral. Se faire toute petite, comme Alice au Pays des Merveilles et lever les yeux au

Série Fenêtres – Vitraux de Nevers

  Le portail de la cathédrale était fermé, l’édifice en travaux. Il fallait chercher la petite porte, le passage secret percé dans le mur latéral. Se faire toute petite, comme Alice au Pays des Merveilles et lever les yeux au

Série Rituels – Endeuillées d’Omaha

  En haut d’Omaha Beach, des ombellifères noires veillaient, éternelles endeuillées. Journal d’images-Chantal Deltenre  

Série Rituels – Endeuillées d’Omaha

  En haut d’Omaha Beach, des ombellifères noires veillaient, éternelles endeuillées. Journal d’images-Chantal Deltenre  

Série Choses – Le camion de St Amour

Dans le Parc du château, un camion d’un modèle ancien semble avoir percuté un arbre. L’accident remonte à un certain temps : du lierre a poussé autour des roues. C’est une entreprise de matériaux venant de Saint-Amour. Cette commune existe-t-elle

Série Choses – Le camion de St Amour

Dans le Parc du château, un camion d’un modèle ancien semble avoir percuté un arbre. L’accident remonte à un certain temps : du lierre a poussé autour des roues. C’est une entreprise de matériaux venant de Saint-Amour. Cette commune existe-t-elle

Série Ensemble – Musique au village

A l’heure où le village dort dans le silence du bocage, la fête de la musique et ses projections lumineuses  empêchaient la nuit de tomber. Sous la piste de danse aménagée au milieu d’un pré, les animaux depuis longtemps terrés

Série Ensemble – Musique au village

A l’heure où le village dort dans le silence du bocage, la fête de la musique et ses projections lumineuses  empêchaient la nuit de tomber. Sous la piste de danse aménagée au milieu d’un pré, les animaux depuis longtemps terrés