Archives de Catégorie: Photos

Ce qui questionne l’imaginaire des mots – Ministère de nos Intérieurs

Sur l’attestation de déplacement dérogatoire qui autorise à sortir une heure par jour dans un rayon maximal d’un kilomètre autour de chez soi, on peut évoquer plusieurs motifs dont celui de la promenade. La promenade, c’est différent de la marche,

Ce qui questionne l’imaginaire des mots – Ministère de nos Intérieurs

Sur l’attestation de déplacement dérogatoire qui autorise à sortir une heure par jour dans un rayon maximal d’un kilomètre autour de chez soi, on peut évoquer plusieurs motifs dont celui de la promenade. La promenade, c’est différent de la marche,

Ce qui invite à la halte

Deux chaises longues sur la plage d’Ostende. Le vent se lève, la toile se tend. Les transats sont enceints. Deux promeneurs invisibles se posent dans leur absence. Journal d’images – Chantal Deltenre

Ce qui invite à la halte

Deux chaises longues sur la plage d’Ostende. Le vent se lève, la toile se tend. Les transats sont enceints. Deux promeneurs invisibles se posent dans leur absence. Journal d’images – Chantal Deltenre

Ce qui, à première vue, surprend – Pyramides miniatures sous la neige

Briques de plâtre amoncelées, couvertes de fructose et lactose. Dans l’exposition « La fabrique du vivant », à Beaubourg, la composition de Julien Charrière « Somehow, they never stop what they always did » a la beauté d’un rêve : des pyramides sous la

Ce qui, à première vue, surprend – Pyramides miniatures sous la neige

Briques de plâtre amoncelées, couvertes de fructose et lactose. Dans l’exposition « La fabrique du vivant », à Beaubourg, la composition de Julien Charrière « Somehow, they never stop what they always did » a la beauté d’un rêve : des pyramides sous la

Ce qui fait battre le coeur

… La dernière représentation de « Premier amour » de Samuel Beckett au théâtre de l’Atelier, les adieux de Sami Frey à la scène, le vide de la scène à la fin de la pièce et la salle de théâtre soudain déserte. 

Ce qui fait battre le coeur

… La dernière représentation de « Premier amour » de Samuel Beckett au théâtre de l’Atelier, les adieux de Sami Frey à la scène, le vide de la scène à la fin de la pièce et la salle de théâtre soudain déserte. 

Ce qui donne un sentiment de légèreté

Sur le parvis de Notre-Dame,  une jeune femme a posé un seau rempli d’eau savonneuse où elle trempe toutes les deux ou trois minutes un fil relié par deux bâtons. Elle souffle sur le fil et aussitôt des dizaines de

Ce qui donne un sentiment de légèreté

Sur le parvis de Notre-Dame,  une jeune femme a posé un seau rempli d’eau savonneuse où elle trempe toutes les deux ou trois minutes un fil relié par deux bâtons. Elle souffle sur le fil et aussitôt des dizaines de

Ce qui fait rêver – Les anges (1)

« How to make yourself better », une installation des artistes ukrainiens Ilya et Emilia Kabakov composée d’une chambre minuscule équipée d’un lit pour une personne seule, d’une table où sont  posés une lampe, un pot rempli de crayons et pinceaux, un

Ce qui fait rêver – Les anges (1)

« How to make yourself better », une installation des artistes ukrainiens Ilya et Emilia Kabakov composée d’une chambre minuscule équipée d’un lit pour une personne seule, d’une table où sont  posés une lampe, un pot rempli de crayons et pinceaux, un

Ce qui crée une musique

Arpenter les berges de la Vltava à Prague, marcher au rythme de la Moldau de Smetana. C’est le premier air de musique classique que j’entendu. Les fleuves, les rivières et même le ruisseau qui coulait au bout de pré de

Ce qui crée une musique

Arpenter les berges de la Vltava à Prague, marcher au rythme de la Moldau de Smetana. C’est le premier air de musique classique que j’entendu. Les fleuves, les rivières et même le ruisseau qui coulait au bout de pré de

Ce qui invite à s’arrêter – Là où Kafka a peut-être habité

Intérieurs recomposés ds maisonnettes de la Ruelle d’Or au bas du château de Prague. C’est là que vivaient les petites mains du château, puis des habitants désargentés de Prague. Parmi eux Franz Kafka qui habita au numéro 22 de la

Ce qui invite à s’arrêter – Là où Kafka a peut-être habité

Intérieurs recomposés ds maisonnettes de la Ruelle d’Or au bas du château de Prague. C’est là que vivaient les petites mains du château, puis des habitants désargentés de Prague. Parmi eux Franz Kafka qui habita au numéro 22 de la

Points et lignes – Tranchant de la bêche

… La ligne droite et profonde que trace la bêche dans la terre du potager fait partie des premières lignes que je regardais naître dans l’enfance. Mon grand-père m’a très tôt appris à bêcher, non sans réticence : c’était d’après

Points et lignes – Tranchant de la bêche

… La ligne droite et profonde que trace la bêche dans la terre du potager fait partie des premières lignes que je regardais naître dans l’enfance. Mon grand-père m’a très tôt appris à bêcher, non sans réticence : c’était d’après

Points et lignes – Ligne-vague à Ostende

  C’était à Ostende dans les années 1980. Je marchais à la lisière des vagues. Elles effaçaient au fur et à mesure la trace de mes pas que le sable tentait de retenir en vain. J’essayais de suivre la ligne

Points et lignes – Ligne-vague à Ostende

  C’était à Ostende dans les années 1980. Je marchais à la lisière des vagues. Elles effaçaient au fur et à mesure la trace de mes pas que le sable tentait de retenir en vain. J’essayais de suivre la ligne

Points et lignes – Le viaduc emballé de la ligne 2 du métro aérien

…  On a emballé dans un grand voile le viaduc de la ligne 2 du métro aérien en direction de Barbès Rochechouart.  Impossible de voir depuis les fenêtres de la rame, le paysage  de la Gare du Nord, les lignes

Points et lignes – Le viaduc emballé de la ligne 2 du métro aérien

…  On a emballé dans un grand voile le viaduc de la ligne 2 du métro aérien en direction de Barbès Rochechouart.  Impossible de voir depuis les fenêtres de la rame, le paysage  de la Gare du Nord, les lignes

Points et lignes – Pylônes électriques dans un paysage hivernal

Quitter un paysage que l’on a aimé, est-ce vraiment possible ? Je ne crois pas. Une fois qu’on l’a aimé, c’est-à-dire plusieurs fois arpenté, un paysage ne vous quitte pas. Même à des kilomètres et des années de distance, il

Points et lignes – Pylônes électriques dans un paysage hivernal

Quitter un paysage que l’on a aimé, est-ce vraiment possible ? Je ne crois pas. Une fois qu’on l’a aimé, c’est-à-dire plusieurs fois arpenté, un paysage ne vous quitte pas. Même à des kilomètres et des années de distance, il

Ce qui donne le goût de marcher – La marche, méthode de réenchantement

« La marche est une méthode tranquille de ré-enchantement de la durée et de l’espace. Elle est un dessaisissement provisoire par l’atteinte d’un gisement intérieur qui tient seulement dans le frisson de l’instant. Elle implique un état d’esprit, une humilité heureuse

Ce qui donne le goût de marcher – La marche, méthode de réenchantement

« La marche est une méthode tranquille de ré-enchantement de la durée et de l’espace. Elle est un dessaisissement provisoire par l’atteinte d’un gisement intérieur qui tient seulement dans le frisson de l’instant. Elle implique un état d’esprit, une humilité heureuse

Points et lignes – Par les fenêtres d’un RER

L’obscurité n’est jamais totale entre les stations de RER. Lumières indistinctes, étincelles produites par le frottement de la rame contre les rails, reflets des voyageurs serrés les uns contre les autres sur la plateforme. Saisir au vol ces clartés qui

Points et lignes – Par les fenêtres d’un RER

L’obscurité n’est jamais totale entre les stations de RER. Lumières indistinctes, étincelles produites par le frottement de la rame contre les rails, reflets des voyageurs serrés les uns contre les autres sur la plateforme. Saisir au vol ces clartés qui

Ce qui fait rituel – Statuettes Nkisi

… Ils s’appellent Nkisi, objets magiques du Zaïre. Remplis de substances animales, minérales ou végétales, ils protègent ou attaquent… Redoutables fétiches. Plus redoutables que la folie même. La folie, c’est de l’amour ligoté. Nkisi, Exposition Inextricabilia, Maison Rouge, Paris Journal d’images

Ce qui fait rituel – Statuettes Nkisi

… Ils s’appellent Nkisi, objets magiques du Zaïre. Remplis de substances animales, minérales ou végétales, ils protègent ou attaquent… Redoutables fétiches. Plus redoutables que la folie même. La folie, c’est de l’amour ligoté. Nkisi, Exposition Inextricabilia, Maison Rouge, Paris Journal d’images

Série Fenêtres – Vitraux de Nevers

  Le portail de la cathédrale était fermé, l’édifice en travaux. Il fallait chercher la petite porte, le passage secret percé dans le mur latéral. Se faire toute petite, comme Alice au Pays des Merveilles et lever les yeux au

Série Fenêtres – Vitraux de Nevers

  Le portail de la cathédrale était fermé, l’édifice en travaux. Il fallait chercher la petite porte, le passage secret percé dans le mur latéral. Se faire toute petite, comme Alice au Pays des Merveilles et lever les yeux au

Ce qui, à première vue, étonne – Le camion de St Amour

Dans le Parc du château, un camion d’un modèle ancien semble avoir percuté un arbre. L’accident remonte à un certain temps : du lierre a poussé autour des roues. C’est une entreprise de matériaux venant de Saint-Amour. Cette commune existe-t-elle

Ce qui, à première vue, étonne – Le camion de St Amour

Dans le Parc du château, un camion d’un modèle ancien semble avoir percuté un arbre. L’accident remonte à un certain temps : du lierre a poussé autour des roues. C’est une entreprise de matériaux venant de Saint-Amour. Cette commune existe-t-elle

Ce qui émerveille de façon éphémère – Nuages dans le ciel de Gennevilliers

… En quittant l’instituteur de Gennevilliers qui me racontait comment, plus de dix ans, il a enseigné le français aux enfants immigrés de la Cité du Port dans les années 1960, je pensais à cette cité disparue, au pavillon récent

Ce qui émerveille de façon éphémère – Nuages dans le ciel de Gennevilliers

… En quittant l’instituteur de Gennevilliers qui me racontait comment, plus de dix ans, il a enseigné le français aux enfants immigrés de la Cité du Port dans les années 1960, je pensais à cette cité disparue, au pavillon récent