L’étreinte des arbres

Dans le parc floral désert, le silence n’était traversé que par le cri perçant des perruches. J’ai soudain perçu un craquement étouffé. Il provenait de deux arbres noirs et frêles. On eût dit qu’ils voulaient à toute force se rapprocher, mélanger leurs feuillages, se parler, se consoler, s’aimer… Ils bruissaient. Kaspar Hauser, enfant séquestré jusqu’à seize ans, était persuadé que le murmure des feuilles était la voix des arbres. Parc Floral de Vincennes, Septembre 2020 ChD

Parc Floral Vincennes 2020

À propos de Chantal Deltenre

Ecrivain Ethnologue

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s