Ce qui, à première vue, surprend.

Les employés de la voirie étaient occupés à rafraîchir les damiers blancs de circulation sur la route de campagne qui mène au « Point de vue » sur le bocage de la Vire. Par erreur, ou peut-être pour rire, ils avaient laissé des traces de damier dans l’herbe, sur le bas-côté de la route. Le blanc géométrique dans les herbes était ici et là égaillé de pointillés jaunes, feuilles éparpillées qui venaient troubler les signes de circulation autorisée. Les bas-côtés de la route, telles les marges d’un cahier, étaient, comme de coutume, le lieu où se jouait la liberté.

Journal d’images 2020, Ch.Deltenre

À propos de Chantal Deltenre

écrivaine et ethnologue

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s