Ce qui, à première vue, surprend.

Les statues au jardin des Tuileries emballées dans du plastique blanc, pareilles à des fantômes prêts à quitter leur piédestal et s’en aller hanter les alentours du Louvre ou les berges de la Seine.  Sous l’emballage, on devine les silhouettes prêtes au départ, bras tendus, visages absents. Face aux statues, les yeux des promeneurs au-dessus du masque, paraissent plus perdus que jamais.

Pourquoi cette emballage ? Une préfiguration de l’emballage de l’Arc de Triomphe par Christo en 2021 mais peut-être à jamais reporté maintenant qu’il est mort ? Une mesure de précaution pour les protéger du déboulonnage qui prend aujourd’hui pour cibles les monuments aux grands personnages coupables d’avoir trempé dans la trouble histoire des colonies et des génocides ?

Mais qui peut en vouloir aux figures du bon samaritain, à celle de Caïn venant de tuer son frère Abel, à Périclès distribuant des fleurs aux artistes ou encore à cette allégorie de circonstance qui représente « L’homme et sa misère » ?

Le gardien a dit : « Elles sont en cours de nettoyage, c’est nécessaire une fois tous les deux ou trois ans. » « Toutes en même temps ? » Il n’a pas répondu. Je ne l’ai pas cru.

Journal d’images été 2020

 

 

 

 

 

 

À propos de Chantal Deltenre

écrivaine et ethnologue

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s