Série En chemin (confiné) – Nous sommes en guerre

En marchant dans l’heure et le périmètre que m’autorise la pandémie, je pensais au mot « guerre » que les autorités martèlent et,  constatant le silence et le vide autour de moi, je mesurais combien il est peu approprié.

Au début de la semaine, les images de la guerre en Syrie nous parvenaient encore dans le fracas des bombes et le confinement de milliers d’êtres non pas séparés les uns des autres, mais entassés dans des camps, refoulés de partout, soumis à un dénuement et une promiscuité indignes.

De quelle guerre parlent les autorités ? Sinon celle d’un repli chaotique face à une menace que toutes nos sociétés ont choisi d’ignorer tant qu’elle n’était pas aux portes de nos mondialisations bien huilées.

Nous voilà confinés, chacun chez soi, chacun pour soi, face à une catastrophe que nous avons créée par un manque cruel d’attention et de respect au monde vivant.

Je repensais aux jours sombres du nuage de  Tchernobyl, quand le réacteur soi-disant confiné lui-aussi, a explosé. Ce fut une époque aussi silencieuse et mensongère que ces derniers jours, peut-être parce que l’espèce humaine, en particulier celles et ceux qui la dirigent, refusent toujours aussi obstinément de reconnaître leurs torts.

Nous ne sommes pas en guerre : juste victimes de notre propre aveuglement. Il n’est d’autre ennemi en vue que nous-mêmes et agiter l’épouvantail d’un ennemi qui justifierait de réhabiliter les frontières pour enrayer l’épidémie,  est aussi illusoire aujourd’hui que d’avoir imaginé l’arrêt du nuage de Tchernobyl aux contours de la Russie.

En revanche, le calme trompeur qui régnait sur la forêt russe  après l’explosion me fait penser à la mort invisible et silencieuse qui rôde aujourd’hui dans les rues de mon quartier, là où je marche malgré tout et espère encore écrire, encore espérer.

Photo : Terrasse de café Boulevard de Ménilmontant

Pour voir toute la série « En chemin », écrire le mot dans l’outil de recherches du blog

Journal Mars 2020 – Chantal Deltenre

 

PHOT MARS 2020 CAFE POUR FB

À propos de Chantal Deltenre

écrivaine et ethnologue

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :