Moldau

22 janvier 2019, Journal de Prague – extrait

C’est peut-être de porter le nom d’une rivière, La Dendre, je ne me sens chez moi que dans les villes ou villages traversés par un cours d’eau. La première ville où j’ai vécu, Tournai, est celle d’un fleuve, l’Escaut, dont La Dendre est un affluent. J’ai ensuite habité Bruxelles où je ne suis pas restée longtemps, peut-être de savoir que la Senne y a été recouverte, voûtée, rendue invisible. A Paris où j’ai vécu le plus longtemps, la présence du fleuve a beaucoup compté. Toutes ces pensées me traversent alors que le soleil se couche sur la Vltava et que résonnent dans ma mémoire les premières notes de la Moldau de Smetana … Cette symphonie est un des premiers morceaux de musique classique que j’ai découverts à l’école.  Je devais avoir six ou sept ans, j’imaginais déjà ce fleuve et ses grandes eaux calmes.

.

 

 

 

À propos de Chantal Deltenre

écrivain et ethnographe

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :