Bois d’hiver

Le bois pour l’hiver a été livré ce matin. Un camion l’a déversé en vrac au milieu de la cour. Il a fallu plusieurs heures pour le ranger en un tas bien stable contre le mur du garage. C’était presque fini quand j’ai trouvé deux bûches de chêne, coupées net et restées miraculeusement côte à côte. Je les ai soulevées ensemble, les ai séparées, puis rapprochées : elles s’emboîtaient parfaitement comme si le coup de hache ou de scie avait été porté dans l’espoir de ne pas être irrémédiable, qu’on puisse réparer la cassure. J’ai posé les bûches l’une contre l’autre en haut du tas de bois. Nous n’allumerons pas le feu dans la cheminée avant quelques mois. Pour me souvenir, j’ai cherché un bout de carton où j’ai écrit : à brûler ensemble. Je l’ai posé sur les deux bouts de bois mort.

Carnet de notes, septembre 2018

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :