Pieds sculptés par l’attente (par les musées)

Que faire pendant l’attente interminable avant l’entrée dans la chapelle Sixtine à Rome ?  Perdue dans la foule compacte des touristes, je ronge mon frein. Pour me désennuyer, je photographie les pieds des statues antiques qui patientent elles aussi, mais elles ont l’éternité devant elles. Ces pieds de toutes sortes, potelés ou décharnés, posés ou levés, nus ou chaussés de cothurnes, ne sont ni beaux ni laids. Coupés du corps auquel ils sont reliés, du personnage qu’ils soutiennent, ce sont des membres anonymes, comme cette foule en rangs serrés, en tongs ou baskets, pieds nus ou chaussés, sans histoire, sans rien en commun sauf cette attente idiote à l’entrée d’une chapelle où déjà les vigiles annoncent que le temps est compté… 

Journal d’images, Rome, 2018

Retrouver ailleurs Ce qui donne le goût de marcher :

  1. Images de visages et regards dans les rues, Paris
  2. MurMurs dans Paris
  3. Graffiti changeants dans la rue Andrea del Sarto, Paris
  4. Marcher les pages
  5. Le livre de Xavier de Maistre : Voyage autour de ma chambre
  6. MurMurs dans la Kreutzigze Strasse de Berlin
  7. Lambeaux d’affiches, hommage à Jacques Villeglé
  8. La marche, méthode de réenchantement
  9. MurMurs colorés sur une borne électrique avec la mention « J’y crois »
  10. Scène imprévue autour d’un geyser dans une rue de la ville

À propos de Chantal Deltenre

écrivaine et ethnologue

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s