Aux enfants de la Ghouta orientale

 

Mon enfant, mon âme, ma préhistoire

Nous voici ensemble, main dans la main

Devant cet écran noir

 

Mon enfant, mon âme, ma préhistoire

Allume et ne crains rien

Là-bas n’est qu’une image, loin, très loin

 

– Le ciel est en feu ?

Une pluie d’étoiles…

– Et toutes ces ruines ?

C’est le brouillard, on n’y voit pas.

– Ce cri ?

Je n’entends rien.

– Ce corps d’enfant ?

N’est pas le tien…

– Et l’homme qui le porte ?

 

Mon enfant, mon âme, ma préhistoire

Les deux sont morts depuis longtemps

Et nous, ici après un long voyage

Regarde et ne crains rien

 

– Cet homme te ressemble, mon père

Je ne sens plus ta main.

– Ici, dans cet éclat, dans ce vacarme.

Eteins !

 

Mon enfant, mon âme, ma préhistoire

Sommes-nous jamais partis de là-bas

Arrivés ici, très loin

Ou bien restés dans l’écran noir

 

Chantal Deltenre, 13 mars 2018

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :