Série Visages – Auto-ethnographie

La photo choisie pour illustrer la couverture du récit auto-ethnographique « Ecrire en marchant, Premiers pas » (Maelström 2018) est un portrait où j’apparais debout dans le paysage de mon enfance, au Pays des Collines en Belgique. Impossible de me souvenir qui a pris cette photo retrouvée dans mes archives. En général je partais seule écrire et marcher.

Me frappe le sac que je porte en bandoulière. Il contient un Nikon reflex équipé d’un zoom. Pendant plus de dix ans, il a voyagé partout avec moi. Il me servait de sac à main : j’y glissais mon passeport, mes billets de train ou d’avion, un peu d’argent et bien sûr des pellicules de rechange (noir et blanc et couleurs) et de quoi écrire, une feuille ou un petit carnet avec un stylo.

En observant cette photo, il se passe quelque chose d’étrange : je revois le paysage que je fixe à cet instant-là et qui est absent de la photo.  Je revois le champ de blé, le sentier en terre battue qui le longe, la Chapelle aux Fièvres sur la route un peu plus loin.

Journal d’images 2018 – Chantal Deltenre

 

À propos de Chantal Deltenre

écrivaine et ethnologue

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :