Nénuphar

Dans le jardin désert du Centre culturel Tjibaou à Nouméa, les brillantes couleurs d’un nénuphar tranchent sur l’eau noire d’un étang. Plongée dans la lecture de « Do Kamo » de Maurice Leenhardt à propos du riche imaginaire Kanak, le nénuphar m’évoque cette culture insulaire aux racines profondes, noyées dans l’histoire coloniale.

ECM, Nouméa 2016

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :