En avant, route ! Ou la colère de Rimbaud

Dans son livre, Marcher, une philosophie, Frédéric Gros raconte la marche selon Rimbaud : « Pour partir, marcher, il faut de la colère. Pas marcher comme un appel du large ou la tentation du trésor. Mais plutôt d’abord cette rage intérieure. Au creux du ventre, la douleur d’être ici, l’impossibilité à demeurer en place, à s’enterrer vivant, à rester simplement. Il faut partir. En avant, route ! Toute route bonne à prendre. Tout chemin vers le soleil, vers plus de lumière, d’aveuglement sourd. Ce n’est sans doute pas mieux ailleurs, mais c’est au moins loin d’ici ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :