Vertige à Ecouen

Vertige subit en haut de l’escalier de château d’Ecouen. Les marches tanguent comme les touches d’un piano submergé. Les murs vacillent.  Je descends pas à pas.  Sueur froide. Hitchcock et son fabuleux Vertigo me rejoignent.  Ces mots dans mon carnet sont le seul rempart contre le vide.

Ecrits en marchant, extrait de journal, Château d’Ecouen, Août 2017

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :