Archives mensuelles : décembre 2017

Pylônes dans un paysage hivernal (par les chemins du Bocage)

Quitter un paysage que l’on a aimé, est-ce vraiment possible ? Je ne crois pas. Une fois qu’on l’a aimé, c’est-à-dire plusieurs fois arpenté, un paysage ne vous quitte pas. Même à des kilomètres et des années de distance, il

Pylônes dans un paysage hivernal (par les chemins du Bocage)

Quitter un paysage que l’on a aimé, est-ce vraiment possible ? Je ne crois pas. Une fois qu’on l’a aimé, c’est-à-dire plusieurs fois arpenté, un paysage ne vous quitte pas. Même à des kilomètres et des années de distance, il

Hôtel du feuillage (par les rues de Paris)

… Dais bleu et  motifs dorés de feuilles et de branches : un arbre au coin du square Gardette invite à passer la nuit ici, Hôtel du Feuillage. Parfois une feuille tombe, mais qu’importe ! Le bleu du ciel aussitôt

Hôtel du feuillage (par les rues de Paris)

… Dais bleu et  motifs dorés de feuilles et de branches : un arbre au coin du square Gardette invite à passer la nuit ici, Hôtel du Feuillage. Parfois une feuille tombe, mais qu’importe ! Le bleu du ciel aussitôt

Arbre à papillons (par les rues de Paris)

… Silhouette d’un arbre à papillons sur un  balcon. Ce soir de gelée, il est transi. Tiendra-t-il jusqu’à  l’aurore, premier papillon du printemps ? Journal d’images – Chantal Deltenre

Arbre à papillons (par les rues de Paris)

… Silhouette d’un arbre à papillons sur un  balcon. Ce soir de gelée, il est transi. Tiendra-t-il jusqu’à  l’aurore, premier papillon du printemps ? Journal d’images – Chantal Deltenre

En avant route ! (Nouvelle-Calédonie)

Route de Nouméa, Province Sud en me souvenant de Rimbaud : « Il faut partir. En avant, route ! Toute route bonne à prendre. Tout chemin vers le soleil, vers plus de lumière, d’aveuglement sourd. Ce n’est sans doute pas mieux

En avant route ! (Nouvelle-Calédonie)

Route de Nouméa, Province Sud en me souvenant de Rimbaud : « Il faut partir. En avant, route ! Toute route bonne à prendre. Tout chemin vers le soleil, vers plus de lumière, d’aveuglement sourd. Ce n’est sans doute pas mieux

Sillon dans un champ de blé (par les chemins du Bocage)

Perspective d’un sillon dans un champ de blé et ces mots extraits des  « Confessions » de Jean-Jacques Rousseau : « Je n’ai voyagé à pied que dans mes beaux jours, et toujours avec délices.  Bientôt les devoirs, les affaires, les bagages à

Sillon dans un champ de blé (par les chemins du Bocage)

Perspective d’un sillon dans un champ de blé et ces mots extraits des  « Confessions » de Jean-Jacques Rousseau : « Je n’ai voyagé à pied que dans mes beaux jours, et toujours avec délices.  Bientôt les devoirs, les affaires, les bagages à

Aumônes à l’aube (par les monuments)

Quelques pièces de monnaie dans une meurtrière du Mont Saint Michel. La lumière a percé un trou et déposé son aumône Journal d’images 2017 – Chantal Deltenre

Aumônes à l’aube (par les monuments)

Quelques pièces de monnaie dans une meurtrière du Mont Saint Michel. La lumière a percé un trou et déposé son aumône Journal d’images 2017 – Chantal Deltenre

Gargouilles sur ciel plombé (par les monuments)

…. Dans une étroite ruelle du Mont Saint Michel, les gargouilles se découpent, menaçantes et noires sur le ciel très bas. Prêtes à aboyer sur la foule des visiteurs, les courser même. On ne sait trop si c’est l’averse qui

Gargouilles sur ciel plombé (par les monuments)

…. Dans une étroite ruelle du Mont Saint Michel, les gargouilles se découpent, menaçantes et noires sur le ciel très bas. Prêtes à aboyer sur la foule des visiteurs, les courser même. On ne sait trop si c’est l’averse qui

Tango en bord de Seine (par les rues de Paris)

Une nuit, au bord de la Seine, des danseurs de tango. Leurs contours sont flous, et les lumières du bal dans l’eau agitée du fleuve. Journal d’images 2017 – Chantal Deltenre  

Tango en bord de Seine (par les rues de Paris)

Une nuit, au bord de la Seine, des danseurs de tango. Leurs contours sont flous, et les lumières du bal dans l’eau agitée du fleuve. Journal d’images 2017 – Chantal Deltenre  

Art de la marche (par les livres)

« La marche est une méthode tranquille de ré-enchantement de la durée et de l’espace. Elle est un dessaisissement provisoire par l’atteinte d’un gisement intérieur qui tient seulement dans le frisson de l’instant. Elle implique un état d’esprit, une humilité heureuse

Art de la marche (par les livres)

« La marche est une méthode tranquille de ré-enchantement de la durée et de l’espace. Elle est un dessaisissement provisoire par l’atteinte d’un gisement intérieur qui tient seulement dans le frisson de l’instant. Elle implique un état d’esprit, une humilité heureuse

Par les fenêtres du RER

L’obscurité n’est jamais totale entre les stations de RER. Lumières indistinctes, étincelles produites par le frottement de la rame contre les rails, reflets des voyageurs serrés les uns contre les autres sur la plateforme. Saisir au vol ces clartés qui

Par les fenêtres du RER

L’obscurité n’est jamais totale entre les stations de RER. Lumières indistinctes, étincelles produites par le frottement de la rame contre les rails, reflets des voyageurs serrés les uns contre les autres sur la plateforme. Saisir au vol ces clartés qui

MurMurs électriques (par les rues de Paris)

Un homme qui court, un autre à genoux, une femme qui plonge dans une tache bleue électrique et plein d’autres silhouettes… Et puis ces mots « J’y crois ».  Le tout dessiné sur une borne électrique, rue de la Roquette (Paris 11).

MurMurs électriques (par les rues de Paris)

Un homme qui court, un autre à genoux, une femme qui plonge dans une tache bleue électrique et plein d’autres silhouettes… Et puis ces mots « J’y crois ».  Le tout dessiné sur une borne électrique, rue de la Roquette (Paris 11).

Geyser urbain (par les rues de Paris)

Paris en juillet. Les enfants de la cité, qui brûlaient à petits feux sous la canicule, libèrent l’eau des incendies. Elle jaillit dans la rue, s’élance à l’assaut des balcons, dévale le trottoir. Les enfants se baignent, les passants pataugent,

Geyser urbain (par les rues de Paris)

Paris en juillet. Les enfants de la cité, qui brûlaient à petits feux sous la canicule, libèrent l’eau des incendies. Elle jaillit dans la rue, s’élance à l’assaut des balcons, dévale le trottoir. Les enfants se baignent, les passants pataugent,

Statue au trousseau (par les musées)

… Dans un recoin du château d’Ecouen, la statue d’une femme  à côté d’une malle en osier. Qui est-elle ? Aucun cartel pour la présenter. Une mariée, oubliée, statufiée,  près de son trousseau resté fermé. Journal d’images – Chantal Deltenre

Statue au trousseau (par les musées)

… Dans un recoin du château d’Ecouen, la statue d’une femme  à côté d’une malle en osier. Qui est-elle ? Aucun cartel pour la présenter. Une mariée, oubliée, statufiée,  près de son trousseau resté fermé. Journal d’images – Chantal Deltenre

Escalier hitchkockien (par les châteaux)

… L’escalier du château d’Ecouen attire vers le bas. Ses marches se rétractent comme les touches d’un piano mécanique. Les murs s’éloignent l’un de l’autre et soudain se referment. Vertigo, vertigo !  Et dans mon rêve, ce mot : Je

Escalier hitchkockien (par les châteaux)

… L’escalier du château d’Ecouen attire vers le bas. Ses marches se rétractent comme les touches d’un piano mécanique. Les murs s’éloignent l’un de l’autre et soudain se referment. Vertigo, vertigo !  Et dans mon rêve, ce mot : Je

Doux centaure (par les musées)

Dans le jardin entourant la maison du peintre Maurice Denis à Saint-Germain en Laye, le doux centaure sculpté par Bourdelle semble dormir, si tendre, le visage penché sur son épaule… Journal d’images 2017 Chantal Deltenre

Doux centaure (par les musées)

Dans le jardin entourant la maison du peintre Maurice Denis à Saint-Germain en Laye, le doux centaure sculpté par Bourdelle semble dormir, si tendre, le visage penché sur son épaule… Journal d’images 2017 Chantal Deltenre

Autoportrait

Dans la solitude des vieux musées,  habiter les reflets  … Journal d’images 2017      

Autoportrait

Dans la solitude des vieux musées,  habiter les reflets  … Journal d’images 2017