Un peu de forêt. Cayenne. Mars 2017

… A la lisière de la forêt amazonienne et de l’océan, je ferme les yeux et j’écoute le bruit de nos pas, le craquement des bambous qui frottent les uns contre les autres, le cri des oiseaux et celui des chauves souris, le rythme des vagues aussi.  Je voudrais rester là,  immobile, et que la nuit tombe.

Extrait, Journal Ecrits  en marchant, Cayenne, mars 2017

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :