Ce qui fait battre le coeur

Sur la scène dépouillée du théâtre des Bouffes du Nord, Denis Podalydès en jeans et t-shirt, pieds nus dans ses mocassins beiges, lit « Avignon à vie » de Pascal Rambert.

C’est un dimanche après-midi de grand soleil, le public est clairsemé. Tenant d’une main le livre et de l’autre, mimant avec discrétion un rythme qui pourrait être celui d’un train glissant tranquille sur les rails, Podalydès exprime avec réserve cette déclaration d’amour au festival d’Avignon.

Assise au premier rang, je suis transportée dans l’ancien train aux rideaux plissés qui gagnait lentement le sud et la foule patiente, attentive et passionnée des festivaliers. J’ai vingt ans, c’est mon second festival d’Avignon. Le premier, je suis descendue en auto-stop depuis Bruxelles. Je n’ai pas un sou. L’entrée aux spectacles m’est garantie par les piges gratuites que je remets au journal « La Marseillaise ». Pour le reste, je me débrouillerai.

Ma gorge se serre au fur et à mesure que le comédien, de sa voix posée et sans fioritures, dit cet amour du théâtre qui me transporte aussi. Ou est-ce la nostalgie d’une jeunesse insouciante ?

En cet instant, il me semble  que la vie n’est nulle part ailleurs plus intense que sur la scène dépouillée d’un théâtre où résonne la voix d’un comédien.

Journal d’images 2015 – Chantal Deltenre

À propos de Chantal Deltenre

écrivaine et ethnologue

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s