Paris. 2012

Saisir en marchant les jeux incessants du ciel, des nuages et des avions invisibles traçant leurs longs filaments blancs. Les réverbères se mettent en scène sur fond bleu et blanc et les statues, historiques et altières, partent à l’assaut du temps changeant.

Extrait « Ecrire en marchant à Paris »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :